La conversion de l’autoroute Dufferin-Montmorency en milieu urbain ainsi que la relocalisation de certains équipements industriels, nocifs pour la santé publique, permettraient à la Ville de Québec de freiner l'étalement urbain et d’aménager des milieux de vie pouvant accueillir près de 28 000 nouveaux citoyens capables de vivre un quotidien basé sur la marche et les transports collectifs. En ce sens, l’implantation des nouveaux quartiers à quelques minutes de marche de l’éventuel réseau structurant permettrait aux citoyens de vivre un quotidien sans l'usage de la voiture et de s'inscrire activement dans la lutte aux changements climatiques en réduisant massivement leurs émissions de CO2.

Le développement proposé équivaut à plus de deux fois le Vieux-Limoilou en termes de logements, deux fois le Phare de Québec en superficie de bureau, 17 fois le pavillon Pierre Lassonde en bâtiments publics, 23 fois l’avenue Cartier en superficie commerciale, de nouveaux parcs urbains, des espaces publics de qualité, une relation exceptionnelle à l’eau et de nouvelles liaisons entre les quartiers centraux.

La création d’un nouveau quartier à échelle humaine, Stadaconé, permettrait une liaison continue entre Limoilou, Maizerets et le fleuve Saint-Laurent. Autour de la gare Centrale, un nouveau visage pourrait être offert à la Capitale Nationale avec l'implantation d'un pôle d'affaire régionale et le quartier Saint-Roch qui se prolonge jusqu'au Bassin-Louise, ouvert à la baignade.​

1/5

1/3

1/2

1/5

1/2

1/2

 © Gosselin-Giguère, Parent 2019

  • Grey Facebook Icon